Les collections d'ampoules anciennes

Discutez des sources lumineuses non LED ainsi que des luminaires anciens
Loki
Rang "2 LEDs"
Rang "2 LEDs"
Messages : 88
Enregistré le : 12 sept. 2007, 19:58

Re: Les collections d'ampoules anciennes

Message non lu par Loki » 24 avr. 2008, 14:41

Avec paint tu peux réduire proportionnellement la taille de l'image, tu peux aussi la couper et surtout, surtout, la sauvegarder sous un autre format (bmp très lourd, gif très léger)

C'est la solution la plus simple.

Re: Les collections d'ampoules anciennes

Publicité

Publicité
 

ribrack
Rang "3 LEDs"
Rang "3 LEDs"
Messages : 104
Enregistré le : 22 mars 2008, 16:47

Sorry (d'avoir à pratiquer un peu le sensationnalisme)

Message non lu par ribrack » 24 avr. 2008, 17:43

Merci Loki, je vais donc essayer sans tarder Paint.
Sinon, est-ce indiscret de connaître le lien principal qui paraît unir la majorité des participants de ce site ?
J'ai cru comprendre qu'il s'agissait d'une école d'ingénieur mais l'incertitude, le fait d'en ignorer le nom et le lieu, me
donne tantôt l'impression d'être une sorte d'intrus, tantôt un personnage masqué évoluant parmi d'autres masqués,
et je n'évoque pas du tout Zeltron ou agerar ! Comme je l'écrivais un peu plus haut, je suis à la recherche
d'une tribune, voir d'un réceptacle qui, à la limite, et au besoin, pourrait me permettre aussi, le cas échéant,
d'antérioriser mes travaux. A condition, évidemment de ne pas risquer de subir les caprices éventuels d'un
administrateur distrait, voir jaloux (car ça peut aussi exister !). J'aurais à faire, à terme, "d'assez fracassantes
révélations d'ordre scientifique " et prendrai évidement les médias à témoin.
Il s'agit de lumière, soit, mais aussi et surtout de physique du globe et d'énergie. Je voudrais bien être plus communicatif
mais je n'accepterais en aucun cas de me faire piller (comme j'eu plusieurs fois à le déplorer) le produit, non seulement d'une
demie vie au moins de labeur obstiné mais aussi du produit de la vente de mon patrimoine immobilier (gagné avec mes économies
avec la production et le négoce de mes encres sur papier à même le sol des premiers passages piétonniers de France !).
Car j'essaie d'être transdisciplinaire (et aussi plasticien).
La propriété littéraire doit être également respectée dans la forme et sur le fond.
Les opportunistes ou adeptes du coppier-coller, il faut s'en insurger, en faire la chasse, les réprimer !
Je suis donc à même de comprendre A.Gérard, constructeur français de lampes à incandescences, inventeur, dont il ne fait
pour moi aucun doute que son modèle était antérieur à celui d'Edison et qu'il fut plus ou moins dépossédé de ses recherches
au profit de, et par, l'américain. J'ai pour l'instant des raisons objectives et vitales de ne pas révéler mes sources.

Si je me permets de poser cette question, c'est aussi que je dois me rapprocher d'un certain nombres de grandes écoles
et de facultés, comme il n'y a pas si longtemps, lorsque je présentais mes appareillages, comme en 2001 à 2003 dans les
fêtes des sciences : Rennes, (fac sciences Beaulieu Atalente),Lens (fac-sciences Jean Perrin), Amiens (fac-sciences-St Leu
notamment. Sinon j'ai présenté également ces photos et les machines qui en ont aurorisé la production dans le Palais du
Louvre - Galerie du Carrousel même si, curieusement, on n'en trouve pas trace sur Internet, (en fait, un mystère !).

Après un nouveau cycle de recherches expérimentales, me voici à nouveau en piste pour rechercher de nouvelles
opportunités de présentation de mes photos distorstatiques pour lesquelles, quand même, je me fais payer un peu.
Le problème est aussi que, moins vous demandez d'argent, plus l'institution tente encore de réduire la facture ! J'ai
à présent, un barème inamovible fonctionnant par UC, unité de calcul, permet d'inclure des variables telles le nombre
de jours d'expo, de photos, les déplacements, les éventuelles interventions avec mes appareillages.
Je reçois bien quelques souscriptions supposées autoriser la poursuite des recherches cinéchromatiques.
C'est encore bien trop epsilon (de véritables comptes d'épicier) et je n'ai pas le droit de les utliser pour acheter des boîtes de
sardines. Les fêtes des sciences, c'est seulement une semaine dans l'année (j'en veux bien mais ça ne suffit pas) mais les
opportunités de présenter mes travaux distorstatiques sont, le reste de l'année et partout, nombreuses, telles les manifestations
type "Art et technologie", Campus en fêtes et j'en passe.... assez fréquentes dans l'hexagone.
ALERTE donc aux présidences d'universités et aux BDE ! Je dispose maintenant d'une suite de 26 photographies
(100% analogiques) au format 60 x 90 cm contrecollées sur aluminium, et pour moitiés, ancienne et nouvelle collections.
Contactez moi par message privé

admin
Administrateur
Administrateur
Messages : 694
Enregistré le : 01 janv. 1970, 01:33
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Les collections d'ampoules anciennes

Message non lu par admin » 25 avr. 2008, 13:58

Je vous ai répondu par mail. Je préfère que l'on discute de cela en "off".
Pour les lecteurs, je répond partiellement : rien n'unit les personnes de ce site sauf la passion des LEDs et de l'éclairage.
Aucune école d'ingénieur! Vous pouvez retrouver la liste des auteurs du site sur cette page.
Pour les membres du forum, vous pouvez vous référez à la présentation des membres.

ribrack
Rang "3 LEDs"
Rang "3 LEDs"
Messages : 104
Enregistré le : 22 mars 2008, 16:47

Salut à tous...... (ça c'est de la politique !)

Message non lu par ribrack » 07 mai 2008, 14:03

Pour répondre au questionnement d'Admin (pour avoir bien voulu me répondre et me rassurer ces derniers jours, je l'en remercie au passage), je plaque ci-dessous, notamment, quelques-une des infos que je lui ai déjà communiquées, non seulement en guise de rappel mais, surtout, pour en faire, au besoin, profiter les participants du forum, (ayant eu soin, évidemment, de retrancher toute communication personnelle).
Comme vous le savez déjà, je m'intéresse aux ampoules à incandescence depuis 1980 au même titre que les objets électriques anciens, machines électrostatiques à sphères, à plateaux de verres et coussinets de peau, (voire à celles à shère, dont les premières remontent au XVIIème siècle) bouteilles dite de Leyde (l'ancêtre du condensateur électrique), batons étincelants, eudiomètres, oeufs électriques, piles de volta, au bichromate de potasse, télégraphes, lampes à arc, etc.... pour l'anecdote, j'ai détenu dans ma boutique, 32 rue Sorbier 75020, (du temps où j'ai fait cette expérience pour moi, quand même assez négative d'antiquaire, le commerce, surtout dans un "bouclard", (une boutique) c'est pas vraiment mon truc (!) un assez grand morceau du pantélégraphe de l'abbé Caselli, (plus lourd qu'un piano) vraisemblablement du premier modèle ainsi notamment qu'un appareillage pour le moins énigmatique (dans son jus et d'aspect tout à fait milieu XVIIIème siècle): une représentation du globe terrestre qu'on faisait tourner au moyen d'un mécanisme à manivelle avec engrenages à renvoi conique, (le tout disposé sur un tripode en fonte), représentation du globe inserrée à l'intérieur d'une sphère épaisse en verre qu'on remplissait alors d'un liquide (que nous supposions être de l'eau), appareillage qui servit, probablement, selon l'antiquaire Brieux (rue Jacob-Paris), spécialisé dans les instruments scientifiques anciens, en particulier sur l'électricité, (lequel Brieux finissant par acquérir ledit appareil) à simuler les effets de Coriolis et démontrer le bien fondé de ses recherches. Telle fut en tout cas sa conclusion quelques mois après que je lui vendis l'objet. Il détenait aussi, pour la petite histoire des lampes à incandescance qu'il ne consentait à montrer que très rarement. (Il en détient peut-êtrre encore ! C'est une piste, mais seulement pour des collectionneurs particulièrement fortunés). Ayant toujours supposé que non seulement les forces de gravitation mais aussi les inversions de champ magnétique terrestre intervenaient sans doute dans la formation des anticyclones et des dépressions, je n'ai jamais réellement cru à son hypothèse. Alors, cet appareil reproduit-il réellement à petite échelle les inversions d'effets tourbillonaires que nous constatons à échelle réelle d'une hémisphère terrestre à l'autre ? Sans doute aussi peut-on croire, dans le réel, à des effets conjugués : non seulement mécaniques (et donc cinétiques) mais ausi magnétiques et gravitationnels. Le mystère, pour moi, reste entier.

J'en reviens à mon déclic pour l'éclairage, il date quand même d'une époque antérieure à mon achat vers 1980 chez un broc d'un Dictionnaire Encyclopédique des Industries et des Arts Industriels (pour l'appeler par son nom) de 1881 en 7 volumes (éditeur Lamy, mon papa ayant coincidemment travaillé 50 ans dans l'imprimerie du même nom) ouvrage contenant, en outre, une description de l'ampoule de A Gérard, ainsi que deux ou trois pages de texte s'y référant. Je refuse d'assimiler Edison à un voleur. Tout est certainement plus à nuancer. Comme je le souligue plus haut dans ce forum, il y a tout lieu de croire que les deux concurrents furent transitoirement comme une paire d'amis. Compte tenu du fait, notamment, qu'un ancêtre de A.Gérard, également inventeur, collaborait techniquement ni plus ni moins qu'avec Benjamen Franklin, considérant aussi qu'il était l'idole avouée d'Edison, on peut parier que la postérité de l'ancêtre du Français était de nature à créer un fort climat d'émulation entre les deux chercheurs. Connaissant mutuellement une ivresse en miroir de leur épopée, il n'y eut bientôt plus de place pour deux. Sans doute, sont-ils passés au stade d'une compétition en vis à vis avant celle, définitive, de l'affrontement industriel : G à Courbevoie, E à Ivry. Je compatie d'autant plus à la situation d'injustice de A Gérard que j'ai moi-même eu à subir,
pardonnez-moi d'insister, le pilliage d'une bonne partie de mes recherches, (connaissant maintenant d'assez grandes difficultés à les faire connaître ou reconnaitre). Pour répondre à une autre question d'Admin, le lien entre "mes" recherches et ce forum me paraît assez direct : c'est celui des sources lumineuses. Dans mes projecteurs, j'ai toujours eu pas mal de soucis thermiques à solutionner. J'ai toujours rêvé, dès mes premières réalisations cinéchromatiques, de lampes qui ne chaufferaient qu'assez peu, songeant même, jusqu'à en être taraudé, à un dispositif embarqué de convertion de chaleur en l'électricité (ce qui évidemment n'est pas simple) dans le but de la retransformer en lumière, tentatives et aveux qui pourraient me valoir d'être brocardé, comme on le fait le plus souvent à juste raison avec certains inventeurs de mouvements, plus ou moins, perpétuels. Néanmoins je situe mon niveau de crédulité scientifique plus proche d'un Pons et d'un Fleschman (fusion froide) que celui d'un Dr Benveniste (mémoire de l'eau) de l'INSERM, même si je ne m'identifie réellement, ni aux uns, ni à l'autre.
Mes recherches cinéchromatiques, je les évoquerai bientôt sur le forum et joindrai des scans de coupures presse, des photos de réalisations et de contenus d'écrans, (si toutefois je parviens à les réduire à moins de 256ko avec Paint.. J'ai tenté mais en vain). Idem pour les recherches distorstatiques.
Quand au principal, tout doit encore rester sous le voile du secret.
RB

PCgeek
Rang "1 LEDs"
Rang "1 LEDs"
Messages : 15
Enregistré le : 06 janv. 2005, 19:23

Re: Les collections d'ampoules anciennes

Message non lu par PCgeek » 07 mai 2008, 14:17

Concernant la réduction de la taille d'une image, tout logiciel de photo fera l'affaire. Je pense que Picassa de Google devrait suffire.
Le problème avec Pain c'est qu'on ne peut pas réduire la définition facilement, à moins d'avoir des grosses pertes en terme de qualité...

ribrack
Rang "3 LEDs"
Rang "3 LEDs"
Messages : 104
Enregistré le : 22 mars 2008, 16:47

Ceci rejoint ce qui m'a été dit .....

Message non lu par ribrack » 08 mai 2008, 13:17

Merci CGpeek. Je commence à être pris en charge par tous et chacun
dans ma démarche d'allégement des images pour les rendre utilisable sur
de forum. Donc, merci à tous et, à l'occasion, rendez-vous au bar de ce forum.

agerar
Nouveau membre !!!
Nouveau membre !!!
Messages : 6
Enregistré le : 28 mars 2008, 00:40

Re: Les collections d'ampoules anciennes

Message non lu par agerar » 11 mai 2008, 20:32

reponse pour le log de photos
en ce qui me concerne, je n'utilise plus que celui ci, photo base 4.5 en version d' evaluation telechargeable sur le lien suivant

http://www.clubic.com/telecharger-fiche ... e-4-5.html


tres simple d'utilisation pour reduire ou renomer en lot ou unitairement, il y a aussi une atre solution pour eviter de faire desb images trop lourdes, c'est de regler la resolution de l' appareil photo ou du scan en 800X600 ou moins...
ceci dit discution interresante, mais toujours techniquement largué....
agerar

ribrack
Rang "3 LEDs"
Rang "3 LEDs"
Messages : 104
Enregistré le : 22 mars 2008, 16:47

merci agerar !

Message non lu par ribrack » 12 mai 2008, 12:54

Bonjour,
J'ai cité votre pseudo, une nouvelle fois, c'était je crois dans le bar du forum il y 3 ou 4 jours en évoquant mes courses en side-car cross
en 71, par des moyens très détournés, certes, puisque je parlais des motorisations installées dans les chassis fait maison de nos concurrents:
notamment des 4 trous (750 honda), Norton Comm 750, 3pattes 750 Triumph (la mienne, je l'ai vite cassée, ayant aussi acheté, sans le savoir,
une moto volée)....T500 Susuk (j'en ai acheté une à 3 sous, ayant sombré dans un maraicage, retapée et avec laquelle je me suis pas mal déplacé
c'était mon paquebot sidéral et j'en était amoureux au même titre, d'ailleurs, que plus modestement ma Jawa 175) et aussi, entre autres moteurs
2 temps équipant alors des side-car cross, ceux , provenant justement....de DKW junior, autos que depuis j'affectionnais particulièrement.

Aussi, quelle ne fut pas ma surprise, 20mn après avoir découvert ce forum, il y a environ deux mois, ayant donc ensuite tapé "Lampe A Gérard", de découvir votre site avec en page d'accueil, au milieu de deux rangées de DKW junior : un vélo très spécial avec plus loin, toujours au centre, entre deux rangées de DKW, pour moi le bijou d'entre les bijoux : j'ai nommé la lampe de votre ancêtre. J'hallucinais donc, littéralement.

Sauf, qu'étant de plus en plus écolo, je n'affectionne plus aucun moteur thermique, fut-ce même celui d'un paisible Dax 4temps de 50 cm3 !
L'heure est grave.. Termi me pardonnera. S'il y a un machin qui mfou en l'air, c'est le quadra, surtout en ville, au même titre que les 4x4.
C'est fou,vle nombre d'aventuriers qu'on trouve actuellement....
Cet hiver je n'ai pas chauffé mon appart.
je suis sous les toits. Un matin, j'ai eu 6°. Avec 10 °, double épaisseur sur les jambes, triple sur le tronc + anokak, même devant l'ordi,
c tout à fait supportable, idem quand on se déplie. Si on bouge, avec ces épaisseurs, on a même trop chaud. J'ai reçu des enfants 6-9 ans.
Comme ils remuent tout le temps, ils n'ont jamais froid. Enfin, s'il sont encore plus énervés parce qu'il fait froid, ça vaudrait presque le coup
de chauffer (je rigole). Je crois aussi que, lorsqu'on bouillonne d'idée, ça donne chaud. J'attends impatiemment l'hiver prochain pour voir dans
mon appart descendre encore plus le thermomètre. Moins zéro (hi-hi), ce serait déjà pas mal, chez moi, si dehors ça gelait à pierre-fendre..

Sinon merci pour le lien sur l'utilitaire photo (ça s'appelle comme ça ?), j'essaierai de le tester même si Admin m'a déjà pistonné Picasia que j'ai
aussitôt adopté. Je le trouve génial au point que ma vie de photographe est en train de changer. Je vais sans doute créer un album en ligne.

Sinon, agerar, quand vous êtes sur ce forum, quand vous lirez un message, c'est une requête, ne pourrriez-vous pas balancer si vous voulez
bien,un mot d'anglais, ne serait-ce qu'un seul, le premier qui vous viendrait à l'esprit, avec sa traduction, comme ça, comme en clin d'oeil, (pour
me (nous)faire plaisir) et aussi permettre aux autres d'en profiter. Allez, je commence, mais là j'ouvre le dico au hasard car je n'ai rien en tête :
to tear (déchirer) Prétérit: tore, Participe passé: torn. Oui, je sais, ce peut paraître un procédé un peu concon, antinaturel. Tant pis, j'assume ! Si tous les participants et même simples visiteurs qui lisent nos messages pouvaient au moins laisser un mot d'anglais (ne serait-ce que
pour nous remercier de leur donner de la lecture), on deviendrait tous plus fort ! Dès lors, ne pourrait-on pas non plus s'amuser à créer des phrases,
des petites histoires, énigmes avec les seuls mots d'anglais balancés dans ce forum ?

PS: Je dois aussi signaler ce qui, fut pour moi il y a quelques jours une autre grande surprise mais, avant,
je rédige un texte à l'attention d'un chercheur qui, de toute évidence, en sait long sur la lignée des Gérard-Lescuyer.

MaxFG
Rang "1 LEDs"
Rang "1 LEDs"
Messages : 24
Enregistré le : 25 sept. 2007, 08:32
Contact :

Re: SORRY car PABOCOULTENCESOIR

Message non lu par MaxFG » 15 mai 2008, 21:49

Salut,
zeltron a écrit :d'en revenir au sujet des lampes anciennes à filament métallique et non de carbone , je ne pensais pas qu'il y en ait eu de si anciennes ... Mais inversement je me dis que le fait qu'elle aient été ignoré tient peut être à une raison simple !?

En effet, et contrairement au carbone, le platine ou d'autre métaux semblables , ont une résistivité bien faible ... et si on veut que le fil ou le ruban utilisé ne soit pas d'une longueur prohibitive , il faut l'alimenter sous une tres basse tension , [...]
Cette technologie de filament en platine n'a pas été ignorée, elle a meme été exlorée de font-en-comble et a donné lieu a des applications. La raison pour laquelle le filament de carbone s'est imposé face au platine n'est pas du a une question de resistance ou de tension - si tu regarde les première lampes à filament de tantale, d'osmium puis de tungstène, ce problème particulier est résolu avec une grande longueur de filament plié en zig-zag sur une structure complexe. Le problème (ou les problèmes) majeur qui ont fait que la lampe au platine ne fut pas commercialisée est que ce métal a un point de fusion, ce qui n'est pas le cas du carbone, et une opération stable de ce filament métallique requiert une température trop basse pour qu'il y ait une émission "éfficace" (pour l'époque) de lumière. La seul manière d'accroitre le rendement et la quantité de lumière émise est d'accroitre la température du filament, qui, se rapprochant de sont point de fusion, devient maléable et se déforme. De plus, le fonctionnement du filament prés de son point de fusion rend l'opération assez instable et a nécessité des moyens complexes de régulation de la température qui rendent la lampe onéreuse et fragile.
Enfin, ce qui fut fatal du point de vue design, c'est que le filament de platine peut etre amené à l'incandescence dans l'air sans qu'il y ait une oxidation majeure du métal - ce qui parait etre un bénéfice a en fait dirigé les recherches sur une voie de garage (i.e. aucun effort sur les techniques du vide) qui ne prenait pas compte des pertes thermiques par convection et conduction; pertes qui grevèrent les performances de ces lampes. Ce n'est qu'aprés le developement des lampes au carbone sous vide que l'usage d'autres métaux plus réfractaires ( donc pouvant fonctionner a plus fortes températures) fut envisagé une fois le problème de l'oxidation résolut - et surtout, celui de la formation de fils fait de ces métaux réfractaires, technique qui ne fut devellopée qu'a partir du tout début du 20eme siècle.

zeltron a écrit :quand a l'éclairage public, et dans ses débuts, il avais utilisé des lampes à arc (principe connu depuis le début du 19 eme siècle , découvert par Humphrey Davy ) fonctionnant à l'air libre et non des lampes à incandescence (en général c'étais des lampes à électrode de charbon et à système mécanique d'avance automatique des électrodes )
Oui, c'est un sujet qui est aussi très interessant, j'ai quelques publis de la première moitié du 20eme siecle qui décrivent les recherches faites dans ce domaine. Si Davy a bien découvert l'arc électrique en 1802, ce n'est que dans les années 1850 que les premiers projecteurs et lampes à arc à usage commercial verront le jour. Les premiers systèmes étaient en effet conçus avec des electrodes de graphite compressé, la lumière émanant principalement du cratère positif de l'anode où la température pouvait dépasser les 4000 °C, l'arc lui même restant relativement peu lumineux. Ensuite se sont dévellopés les lampes à arc lumineux (flaming arcs) - l'astuce consistait à doper les electrodes avec des elements qui se vaporisent dans l'arc et contribuent à l'émission lumineuse avec un accroisement du rendement d'un facteur 2 voir 3. Tout ou presque fut testé comme additifs, même des fluorures d'uranium, qui en passant donnèrent une belle lumière blanche à en croire certains articles.
Une classe importante de lampe fut aussi devellopée dans les années 1860: les lampes à magnétite, dont les electrode sont fait d'oxide de fer compressé. Ces sources furent assez efficaces (i.e. bon rendement), fournissant une lumière blanches, mais nécessitait une alimentation en courant continu. Enfin, vers la periode 1854-1860 les premières lampes à arc au carbone opérant dans de la vapeur de mercure (+ air) furent conçues - ce qui donna en 1906 à la première lampe en quartz à vapeur de mercure à haute pression.
En ce qui concerne les tension et courant d'alimentation, ces lampes à arc n'étaient pas toute à haute tension, beaucoups opéraient dans les eaux des 20-50V, mais ces lampes étaient souvent connectées en série, comme une guirlande, et alimentées par un source à courant constant. Ce principe de connection série est encore d'actualité sur les circuit 6.6A des aéroports, et de vieux circuits d'éclairage publics aux Etats-Unis (surtout en Californie) qui emploient encore des lampes à filaments.
ribrack a écrit :Je me souviens, Max, dans au moins l'un de tes messages, tu paraissais documenté sur la gestation incandescancialiste,
(tient encore un de mes néologismes). Il conviendra peut-être que nous confrontions nos sources mais en attendant, je
veux bien voir ta collec d'amp. Peut-il se présenter ? Iféquoi ? Iléoù ?
Bien sur que je peut me présenter, d'ailleur ça déja été fait ici. En ce qui concerne la confrontation des sources ça risque de ne pas être facile, mes sources sont multiples, beaucoups d'article en provenance de journaux dédiés à l'éclairage (comme J. of the Illumination Eng. Soc., Trans. of the Ill. Eng. Soc. of England, Philips tech. Review, Electrical World, the GEC Journ. of Science and Techn., G.E. Review etc etc....), pas mal de bouquin Français, Anglo-Américains, Allemands, Néerlandais, Russes (traduit en Allemand, autrement je ne pige que dalle), puis les brevets, le site de l'EPO permet de remonter très loins et de dénicher beaucoups de perles rares ...

A+

Max

ribrack
Rang "3 LEDs"
Rang "3 LEDs"
Messages : 104
Enregistré le : 22 mars 2008, 16:47

MaxFG testerait-il ma réactivité au pliagiat ?

Message non lu par ribrack » 16 mai 2008, 03:38

Bonjour
En effet, MaxFG, le titre "SORRY car PABOCOULTENCESOIR " que tu utilises, c'est celui de l'un de mes précédents messages ! Je croyais avoir suffisamment insisté: m'étant trop souvent fait pillé le produit de mes recherches pour accepter la seule idée aujourd'hui de l'être aussi sur le plan des paternités intellectuelle et littéraire. Il est des règles de base dans l'édition (et ici, nous nous auto-éditons) comme chez tout bon scientifique en herbe ou confirmé qui se respecte, même si, évidemment, ce titre "SORRY car PABOCOULTENCESOIR "est très sibyllin.
Erratum : Il fallait lire, bien-sûr "incandescentialiste".
Bonsoir
RB

Répondre